jueves, 9 de febrero de 2012

Dupond et Dupont....personnages de Tintin (7)


Dupond et Dupont
Activité(s) Inspecteurs de la police judiciaire
Première apparition → Les Cigares du pharaon (version N&B 1934)
Dupond et Dupont (appelés les Dupondt collectivement ) Ce sont deux policiers de comédie qui travaillent en équipe.
Historique
Ils apparaissent pour la première fois dans l'album de 1934 en noir et blanc → Les Cigares du pharaon dans lequel ils se font appeler X33 et X33 bis. Ils sont cependant présents de façon anonyme dans l'album en couleur → Tintin au Congo de 1946 (dans la première case). Ils ne figuraient pas dans l'édition originale en noir et blanc.
Dupont et Dupond sont physiquement semblables en tout point sauf un: la forme de leur moustache. Celle de
Dupond est droite ou en forme de D incliné, alors que celle de Dupont est troussée ou en forme de T épais renversé. L'orthographe de leurs noms laisse à penser qu'ils ne sont pas frères, quoique comme pour Tintin lui-même il n'est pas clair si Dupond/t est leur nom ou prénom. Il est cependant certain qu'ils se connaissent depuis bien longtemps, car ils sont les seuls personnages récurrents (avec Tintin et Milou) qui se tutoyent.
Membres de la Sûreté, puis de la Police judiciaire, les Dupondt mènent bien des enquêtes de façon peu discrète et efficace, étant loin d'être des lumières. Ils poussent le sens de la discrétion jusqu'à se vêtir de costumes folkloriques (ou d'opéra) dans le but de se « mêler à la foule », ce qui n'est évidemment jamais réussi (et n'exclut pas les confusions entre costumes). Ils accumulent aussi un nombre impressionnant de chutes, glissades et accidents.
Cette désorganisation totale se reflète aussi dans leur langage. S'ils s'enorgueillissent – bien à tort – de leur devise « motus et bouche cousue », ils accumulent les pléonasmes et les redites (rituellement introduites par leur formule fétiche « je dirais même plus »), les contrepèteries accidentelles: « botus et mouche cousue », « je sirais même plus, dire » pour « je dirais même plus, sire », « Majesté, votre sire est bien bonne » (après une glissade sur un parquet trop bien encaustiqué), ainsi que les sottises : « c'est mon opinion et je la partage » ou encore « absolument exclu : car il y a deux traces, et nous sommes seuls ».
Hergé précisa dans une interview[réf. nécessaire] avoir eu en tête une idée bien précise en créant les Dupondt : montrer cette catégorie de gens qui, parce que le devoir est censé le leur imposer, arrêtent sans dilemme de conscience particulier un ami et font passer leur conscience professionnelle avant leur humanité (un autre aspect de leur obstination à la Javert prendra même un tour comique dans → Le Temple du Soleil). Cette situation se produit à plusieurs reprises dans les albums. Ils sont classés parmi les amis de Tintin.
Dupond et Dupont à travers le monde
Comme pour d'autres personnages de bande dessinée, les noms des Dupondt varient selon les éditions nationales et linguistiques. Ainsi, ils sont appelés :
• Uys en Buys en version afrikaans
• Thomson and Thompson en version anglaise
• Schulze und Schultze en version allemande
سامر و تامر • (Sāmir wa Tāmir) en version arabe
• Dupond eta Dupont en version basque
• Dubeu pi Débeu en version bressane (francoprovençal)
• 杜本和杜朋 (Dùběn hé Dùpéng) en version chinoise
• Dupond og Dupont en version danoise
• Hernández y Fernández en version espagnole
• Tsicerono kaj Citserono en version espérantophone
• Dupont ja Dupond en version finnoise
תומפסון ותומסון • (Tompson ve Tomson) en version hébraïque
• Skapti og Skafti en version islandaise
• Dupond e Dupont en version italienne
• デュポンとデュボン (Dubon to Dupon) en version japonaise
• Clodius et Claudius en version latine
• Biwer a Biver en version luxembourgeoise
• Jansen en Janssen en version néerlandaise
• Dupond e Dupont en version portugaise
• Dupond och Dupont en version suédoise
• Kadlec a Tkadlec en version tchèque
• Dupont ve Dupond en version turque
• ar Bras hag ar Braz en version bretonne
• Dupond dan Dupont en version indonésienne
Anecdotes
• Parmi les sources d'inspiration des Dupondt, les exégètes de Tintin citent le père et l'oncle d'Hergé[réf. nécessaire], qui étaient jumeaux (bien que ne ressemblant pas aux personnages) et auraient suscité l'intérêt de l'auteur pour la gémellité.
• Les Dupondt font une brève apparition d'une case dans Astérix chez les Belges, où vêtus de tenues belges, ils annoncent l'arrivée de Jules César, selon leur mode d'expression caractéristique : « Jules César est arrivé en Belgique -- Je dirais même plus : Cules Jésar est arrivé en Gelbique. » La forme et le lettrage de la bulle
reprennent ceux adoptés par Hergé.
• Ils vivent leurs propres aventures dans deux histoires « officielles » : Dupond et Dupont détectives (récit de Paul Kinnet illustré par Hergé dans Le Soir en 1943), et Les Gorilles de la Vedette (Tintin) (dessiné par Bob de Moor dans Super Tintin n° 28 en 1985).
• Bernard Cerquiglini fait référence aux Dupondt en concluant son explication sur Quand et quant par : « En
somme Quand et Quant, sont les deux Dupondt de l'orthographe du français. »

No hay comentarios:

Publicar un comentario